mercredi 10 novembre 2021

La Pensée paysagère 

traduit en portugais par Camila Gomez Sant'Anna 

Conférence d'Augustin Berque sur ce thème (en français) a été enregistrée le 26 août lors du Landscape Brasil, 6th CIAP (Congresso Internacional de Arquitetura da Paisagem).


mercredi 3 novembre 2021

Parution

Milieu et Architecture

Yann NUSSAUME
Entretiens avec A. Berque, A. Picon et P. Madec

Résumé

En réponse aux transformations rapides de la planète et de ses territoires, depuis plusieurs décennies, le géographe Augustin Berque a conceptualisé un redéploiement de la mésologie, à partir de diverses notions : « médiance », « milieu », « mouvance », « trajection », « écoumène »... Familiariser le lecteur à leurs intérêts pour l’architecture est l’ambition de ce livre. Trois dialogues le structurent. Ils peuvent se lire indépendamment, au gré des préoccupations du lecteur. Le premier, entre Augustin Berque et Yann Nussaume, revient sur le développement de la mésologie et questionne l’évolution des milieux par rapport à l’accélération de la mondialisation et du déploiement d’un monde transmoderne ; le deuxième, entre Antoine Picon et Yann Nussaume, propose une analyse du développement de la théorie et de l’histoire de l’architecture au prisme de la notion de milieu ; enfin, le dernier, entre Philippe Madec et Yann Nussaume, questionne l’éthique architecturale sous l’éclairage de la mésologie. Il suggère l’importance d’une frugalité mésologique.

L'auteur

Yann Nussaume, architecte, est professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette. Il est co-directeur de l’Unité de recherche « Architecture, Milieu, Paysage » Hesam/MC. Il a écrit et co-dirigé la publication de nombreux ouvrages sur les questions architecturales, paysagères dont Tadao Andô et la question du milieu (Le Moniteur, 2000), La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène (Hermann, 2018), Le Grand Pari(s) d’Alphand. Création et transmission d’un paysage urbain (La Villette, 2018).

L'ouvrage

Collection : Architectures contemporaines
338 pages - 108 x 178 mm 
Prix : 19 €
Date de publication : 20.10.2021
ISBN : 979 1 0370 0860 2
Édition brochée.

mercredi 20 octobre 2021

Aida, ou l’entrelien / Augustin BERQUE


À paraître dans Morena CAMPANI, opuscule d’accompagnement du dvd Aida

Aida, ou l’entrelien 

par Augustin BERQUE 

Aida  s’écrit 間, sinogramme qui nous montre le soleil (日) – autrefois, la lune (月) – dont la lumière passe entre les deux battants d’une porte entr’ouverte (門). Voilà qui serait simple et facilement mémorisable, si ce même sinogramme, qui est lu en chinois xián, jiān ou jiàn, n’avait pas en japonais, selon les cas, de fort nombreuses lectures possibles.

LIRE / TÉLÉCHARGER LA SUITE

Crédits image

mercredi 6 octobre 2021

L’attachement à la rizière / Augustin Berque


Extrait de : Augustin BERQUE, Recouvrance. Retour à la terre et cosmicité en Asie orientale, Bastia, éditions Éoliennes, à paraître.

L’attachement à la rizière

Faute de Contrées Occidentales, je me retrouvai donc au début des années soixante-dix à entreprendre une thèse de géographie sur Hokkaidô, où j’avais eu l’heur de trouver un poste de lecteur à Hokudai (l’Université de Hokkaidô, à Sapporo). L’île étant réputée pour ses laitages, je me fis un devoir  d’aller d’abord visiter une laiterie, et l’on me conseilla les établissements flambant neufs de la coopérative Yotsuba (« Trèfle à quatre feuilles »), à Otofuke dans le Tokachi, la plaine centrale : l’usine datait à peine de 1967, les machines étaient danoises, et l’on y fabriquait entre autres du kamanberu カマンベル (un camembert d’un goût léger, adapté aux palais japonais). Plus avant dans ma thèse, j’apprendrais que le toponyme Otofuke 音更, dont les sinogrammes ne veulent à peu près rien dire sinon un mystérieux « le son s’avance » (comme on dit « la nuit s’avance »), est en fait un rendu phonétique de l’aïnou otop-ke, lequel, pour sa part, voudrait dire « lieu (ke) chevelu (otop : cheveux) » – mais la thèse est contestée. Quant à Tokachi 十勝, c’est le nom du fleuve principal de ladite plaine. Ici, les sinogrammes signifient superbement « dix victoires », mais ils n’ont pas non plus le moindre rapport avec le sens du toponyme aïnou original, qui semble être « embouchure (puchi) aux bombements (tok) », le fleuve y coulant entre deux collines, voire entre deux seins. 

Ainsi va le sens des lieux, en terre colonisée

LIRE LA SUITE

 crédits image : Zefa

mercredi 22 septembre 2021

De l’insecte nippon / Augustin BERQUE


D i c t i o n n a i r e   c u l t u r e l   e t   l i t t é r a i r e  d e s  i n s e c t e s, sous la direction de Bruno CORBARA, Yvan DANIEL et Alain MONTANDON aux éditions Honoré Champion, Paris  

De l’insecte nippon 

par Augustin BERQUE

Pour ces habitants de l’arc insulaire nippon, les Japonais, l’insecte existe sous le nom de mushi, rendu sémantiquement par le sinogramme 虫 ainsi que, phonétiquement, par les hiraganas むし et les katakanasムシ, sans compter les caractères latins de leurs divers noms scientifiques ; par exemple Graptopsaltria nigrofuscata, communément appelée « cigale-huile », aburazemi (アブラゼミ, transcrit油蟬 ou鳴蜩). 

Bien entendu, avant ces formes écrites, l’insecte existe sous diverses manifestations moins lettrées, notamment sonores. C’est ainsi que G. nigrofuscata, pour sa part, émet un son rendu par l’onomatopée jii-jii, laquelle s’applique également au grésillement de l’huile sur le feu ; d’où son nom. C’est qu’il fait chaud, dans la période de l’année (fin juillet-début août) où G. nigrofuscata aime à se faire entendre. La langue japonaise en rend compte par des expressions telles qu’aburaderi (油照り), « soleil chaud à en frire (bien que voilé) », ou mushi atsusa (蒸し暑さ), « chaleur d’étuve ». Notez néanmoins qu’ici mushi, bien qu’homophone de mushi (insecte), n’a sémantiquement rien à y voir ; c’est une forme du verbe musu 蒸す, « cuire à la vapeur ».

 

LIRE LA SUITE

Crédits image : Graptopsaltria nigrofuscata sur un arbre, au Japon (Alpsdake, 2012).

mercredi 8 septembre 2021

Hasard, contingence et nécessité dans le cours de la nature / Augustin BERQUE



VIIIème symposium du Cercle de Philosophie de la nature  3-5 juin 2021, IPC – Facultés libres de Philosophie et de Psychologie, Paris

Hasard, contingence et nécessité dans le cours de la nature  

à propos de la « science naturelle » d’Imanishi

par Augustin BERQUE

I. Les principes de cursivité et de trajection

Au point actuel, l’évolution reste une énigme. La biologie en a éclairé divers mécanismes, mais ceux-ci n’en montrent qu’avec plus d’évidence que son principe reste obscur. Nombre d’auteurs ont souligné que l’orthodoxie régnante, le néo-darwinisme, s’il contribue à expliquer la stabilisation des espèces, ne rend pas compte de leur évolution. En effet, compte tenu du nombre de combinaisons possibles entre les protéines (soit au moins 10 exposant 130), si ne jouait en la matière que le hasard de la mutation suivi nécessairement de la sélection, il y faudrait mathématiquement plus que l’âge du système solaire, comme le notait déjà François Jacob, et même bien plus, immensément plus que l’âge de l’Univers. Cette hypothèse, seule, est donc purement et simplement absurde. Il y a encore autre chose en jeu, mais nous ne savons pas quoi.  

LIRE LA SUITE 

Crédits image : Paul Gauguin (1848-1903), Rue à Tahiti, 1891.

mercredi 25 août 2021


Kyoto Smart City Expo - 27 November 2020

Sustainability, Mesology and Overcoming the gap between Eastern and Western ways of thinking


(持続性、風土学と東西思惟の越境)

Message from Augustin BERQUE

I. « Mesology » (Umweltlehre in Uexküll’s sense, fûdogaku in Watsuji’s sense) contains the Greek root meso, which means « middle, between ». The question here is : what is at work between the physical (Galileo’s Earth, which moves) and the phenomenal (Husserl’s Earth, which does not move) ? Both are true, but not on the same plane : Galileo’s Earth is true as a physical reality, Husserl’s Earth is true as a phenomenon (since phenomenally, it is not the Earth, but the sun, the moon and the stars which move around).

II. Onto/logically (logically and ontologically), substance and accidents in metaphysics correspond to subject (S) and predicate (P) in logic, while the logician’s subject (S : what the matter is about) corresponds to the physicist’s object (S : what the observation is about). In principle, then, physical reality is S. Galileo’s Earth is S.

LIRE LA SUITE

Crédits image : Felix Valloton, Pont sur le Béal, 1922.

mercredi 11 août 2021


Paru dans Terre sauvage n° 387, Avril 2021, numéro spécial Japon, vénérable nature, p. 16-18

Les Japonais et la nature

Entretien avec Augustin Berque


Terre sauvage : Les Japonais ont-ils une conception de la nature différente de celle des Européens et des Nord-Américains ?

Augustin Berque : « Nature » se dit en japonais shizen, du chinois zìrán 自然, adverbe d’origine taoïste, signifiant « de soi-même ainsi ». À la fin du XIXe siècle, au Japon, le sens de notre substantif « nature » (i.e. le monde objectif, abstraction faite du sujet humain et de l’action humaine) s’est greffé là-dessus , mais la connotation initiale reste prégnante, et cela contribue à expliquer l’ambiguïté des comportements japonais à l’égard de l’environnement. Le premier sinogramme de 自然 est en effet un « soi » où le soi du sujet concerné et celui de la nature peuvent se confondre dans un « cela va de soi » général. Le social et le naturel y sont intimement liés,  comme le révèle par ailleurs le terme fûdo 風土, qui signifie milieu, et dans lequel la nature et la culture sont liées par l’histoire.


TS : La vision occidentale du monde qui oppose nature et culture existe-t-elle au Japon ?

LIRE / TÉLÉCHARGER LA SUITE

crédits image

mercredi 28 juillet 2021

Aux trois jardins du Tôkaian / A. Berque

Jardin du Ryogen, Kyoto

Extrait de Augustin Berque, Recouvrance. Retour à la terre et cosmicité en Asie orientale, Bastia, éditions Éoliennes, sous presse. 

Aux trois jardins du Tôkaian

(妙心寺東海庵の三庭 Myôshinji Tôkaian no san tei)

Parmi les trois jardins de l’Ermitage des mers orientales (Tôkaian 東海庵), au monastère de l’Esprit transcendant (Myôshinji 妙心寺), à Kyôto, celui que, pour des raisons de format, l’on trouvera ici en troisième position, se trouve en réalité entre les deux autres : on ne peut pas aller du jardin de l’Inconditionné (Mu no niwa 無の庭) au jardin du Conditionné (Tai no niwa 體の庭), ou l’inverse, sans passer obligatoirement par le jardin de la Trajection (Yû no niwa 用の庭). Cette disposition a été voulue lors de leur aménagement. 

LIRE / TÉLÉCHARGER LA SUITE

Crédits image : Jardin du Ryōgen-in (龍源院), Kyoto

mercredi 14 juillet 2021

Partiality in the ontology of mesology

Rodrigo Cáceres

This article aims to articulate and develop an immediate consequence of the mesological perspective (Uexküll’s Umweltlehre, Watsuji’s fûdogaku, Berque’s mésologie) concerning the concept of partiality and its correlates of inclusion and exclusion.

Introduction

The mesological perspective is a paradigm or epistemological perspective that attempts to go beyond the dualisms that characterize western modernity in order to recosmize our place within mediance, i.e. the structural moment of our human existence. In other words, its purpose is to reintegrate the unity of the dynamic coupling and concrescence (growing together) of the individual with its surroundings. This mesological horizon appears as a deep criticism of the notion of an ‘objective universe’ of objects ‘in themselves’ which has taken hold of the western imaginary since the scientific revolution. The same development towards abstraction has also taken place from the side of the subject, mainly through Descartes’ res cogitans, the thinking substance which is independent from its milieu. Against these developments towards the abstraction of both subject and object, alienating them from each other, mesology’s aim is to reconcretize or synthesize the unitary character of mediance, where both subject and object are connected and in constant mutual configuration.

LIRE LA SUITE

crédits image : Andre Derain (1880-1954) "Vue de Donnemarie-en-Montois" 

mercredi 21 avril 2021

PARUTION / Augustin Berque


Si le mot « mésologie » date de 1848 et désigne l’« étude des milieux », selon son inventeur Charles Robin, il a depuis acquis une autre dimension méthodologique grâce à Augustin Berque, qui, dépassant le dualisme sujet/objet, n’en fait pas une discipline, mais une perspective qui traverse aussi bien les sciences humaines que les sciences de la nature. Sa connaissance des philosophies grecque, allemande, chinoise, japonaise, lui permet d’enrichir considérablement notre connaissance des interactions entre les éléments constitutifs d’un même ensemble, ce que l’écologie vise, pour saisir en quoi des situations semblables ne sont pas identiques. En cela, ses développements autour des notions de « médiance », « trajection », « écoumène », « milieu » constituent une avancée théorique qui trouve dans les articles ici rassemblés la manifestation de leur pertinence. L’auteur nous invite à le suivre dans des réflexions sur le privé, le public, le commun à l’ère de l’Anthropocène dans un urbain généralisé. Sur ce point, l’analyse comparatiste qu’il mène entre Orient et Occident, s’avère lumineuse tant sur le plan des concepts que sur celui du décryptage de situations existentielles qui voient chacun, chacune, tenter d’inscrire son destin dans un lieu qui l’accueille sans aucunement le juger. Là, le lecteur comprend en quoi l’écoumène est bel et bien la possibilité d’habiter la Terre.
xx

Lire un extrait de l'ouvrage, le commander

mardi 23 mars 2021

Reconnect to nature / Augustin Berque

INTERVIEW

Augustin Berque

1. Grâce à votre posture d’interface et d’observateur entre les mondes occidentaux et orientaux, selon vous quels seraient les points de jonction et les points de disjonction sur la relation entre humains et non-humains ? 

Selon les diverses cultures d’Orient et d’Occident, a fortiori si l’on en considère l’histoire, il y a des dizaines de réponses possibles. Au Moyen Âge, l’expression ex Oriente lux, "la lumière vient d’Orient" voulait dire retrouver les textes de la philosophie grecque à travers leurs traductions en arabe, car l’Europe les avait perdus ; mais vu de Chine, l’islam n’a rien d’oriental. Aujourd’hui, « l’Occident » veut dire quelque chose où le christianisme et la civilisation moderne sont liés, et "l’Orient", quelque chose qui va du bouddhisme à l’animisme shintô. C’est dans les deux cas très varié. Je vais donc ici me borner à caricaturer le Japon et la France. Le cogito cartésien, parangon du sujet moderne, proclame qu’il n’a "besoin d’aucun lieu pour être" (Discours de la méthode). C’est le sujet absolu, autosuffisant. Il s’ensuit que tout le reste (hormis ses semblables) est un objet mécanique. Voilà l’essence du dualisme : la coupure entre l’humain et le reste. L’humain nippon est à l’inverse : son expression à tous égards est relationnelle, et le bouddhisme va jusqu’à proclamer que tous les êtres du monde naturel incarnent la bouddhéité (busshô 佛性), alors que le cogito tient de la Bible la conviction que lui, et lui seul, a été créé à l’image de Dieu.

Lire la suite